Nous pouvons dire que la réalité virtuelle (VR) est enfin arrivée ! Plusieurs acteurs sont actuellement présents sur le marché comme Facebook avec son Occulus, Sony et son Playstation VR, HTC avec son Vive et Vive Pro, Microsoft et ses différents casques pour une réalité augmentée et j’en passe.

Mais alors, où est le problème ? Pourquoi n’y a-t-il pas plus de hype ? Et bien le premier obstacle majeur reste le coût de ces casques !

En effet, pour les casques performants qui ne peuvent être autonome il vous faudra un ordinateur estampillé VR Ready ce qui peut très facilement monter aux alentours de 800€ minimum. Nous avons des alternatives comme le Playstation VR qui quant à lui fonctionne en duo avec la PlayStation 4.

Et puis il y a les coûts du casque. Un casque haut de gamme comme le HTC vive ou le rift d’Oculus vous fera sortir de votre porte-monnaie 400€ pour ce dernier et 500€ à plus de 1000€ pour le Vive et Vive PRO respectivement.

Les coûts sont donc très variables et tout dépend de l’utilisation de la réalité virtuelle qu’on veut en faire. Mais pour les plus puristes d’entre vous et pour ceux qui veulent s’immerger dans une expérience complète, la somme est lourde.

Néanmoins, réjouissons-nous, car on peut noter une baisse annuelle d’environ 15% des prix des casques, mais les nouvelles versions pour améliorer leur performance tardent à sortir. L’industrie du jeu vidéo notamment s’interroge sur le fait de poursuivre le développement de cette technologie certes prometteuse, mais très coûteuse et sans réelle certitude de succès.

C’est pour cela d’ailleurs que Microsoft a décidé il y a quelques jours d’arrêter le développement de son propre casque pour sa console, la Xbox. Microsoft continue de plus se porter sur la réalité mixte et le développement de casques et d’applications compatible sur l’environnement Windows sur PC.

Ainsi, alors que la réalité virtuelle peut encore être trop coûteuse pour de nombreux consommateurs, nous sommes à un carrefour important de son développement pour le grand public. L’intérêt de ce dernier pour les casques est bien là, mais les constructeurs devront faire un pas en avant pour permettre d’étendre son utilisation auprès du grand public.

Reste à savoir si les entreprises prendront le risque de continuer.